I - un perroquet des Antilles,
mais je vis dans un magicien cellulaire carré.
Autour - cornue, globes, papier,
et la toux du vieil homme, et carillons.

Laissez les sorts d' une heure dans le tourbillon des voix
et l'éclat des yeux, scintillantes comme une épée,
Eroshat ailes de la peur et de courage
et je me suis battu avec les hiboux fantômes ...

Laissez! Mais à peine sous la voûte terne
entrez spéculer sur les cartes il mignon
Libertine en manteau doré -
Je rêve d'un navire dans la baie tranquille,

Je me souviens du soleil ... et en vain
je cherche à oublier que vilain.



Voir aussi:   Frédéric Beigbeder « vie d'amour pendant trois ans » à lire en ligne

laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié

Ce site utilise le filtre anti-spam Akismet. Apprenez à gérer vos commentaires de données .